Musique : Haut les masques !

Puzzle

0:00
00:08:29
10
10

Musique : Haut les masques !

Lors de la dernière édition des Video Music Awards, la chanteuse Lady Gaga a fait sensation en recommandant le port du masque à sa manière. Car oui, le masque fait désormais partie de notre quotidien. L’occasion pour nous de nous intéresser au symbole du masque dans la culture, à travers le grimage au théâtre, les doubles en littératures, les témoignages anonymes dans les podcasts ou encore les artistes et les héros masqués dans la musique ou au cinéma. C’est partie pour une semaine masquée ! Dans cet épisode, Julien Bordier parle de ces artistes qui préfèrent agir masqués.

La dissimulation, un art de la mise en scène

Dans le monde pré-Covid, c’était surtout sur scène qu’on risquait de croiser des visages masqués en concerts. Bien sûr quand on pense masque et musique, c’est Daft Punk qui nous vient en tête. Le duo a fait de ses casques de robots sa marque de fabrique. Guy Manuel de Homem-Christo et Thomas Bangalter peuvent faire leurs courses à la supérette du coin sans être importunés. Cet anonymat, qui leur permet de vivre une vie quasi-normale, est sans doute la clef de leur longévité. Assez rapidement dans leur carrière, les Daft Punk ont cherché à cacher leur visage sur les photos, sous du maquillage, des lunettes aux verres déformant ou sous une couche de crème pâtissière. Ils ont finalement opté pour une panoplie d’humanoïde. La dissimulation est aussi un art de la mise en scène.

Un moyen de se protéger, mais aussi de se livrer

Un masque c’est plus simple qu’une carte de visite. Pas besoin de présentations ni de parler la même langue pour savoir à qui on a affaire. Quand vous croisez les masques effrayants du groupe de Metal Slipknot, bon, bah vous vous dites toute de suite que les gars ne vont pas piquer le boulot d’Henri Dès. Kiss sans le maquillage, ce n’est pas tout à fait la même confiture. Idem pour l’emblématique formation de pop avant gardiste The Residents et ses masques en forme de globes oculaires. Mais le groupe de rock le mieux préparé à l’épidémie de Covid c’est évidemment Clinic, qui joue avec des masques de chirurgiens. Dissimuler son visage c’est un moyen de se protéger, de préserver son intimité et de se livrer sans retenue. Une chose est sûre. Le masque intrigue.

Les épisodes de cette semaine sont à retrouver ici :

Les meilleurs podcasts de témoignages anonymes

La double identité en littérature est-elle une forme de masque ?

Les masques sont-ils indissociables du spectacle vivant ? 

Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter

 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Episodes
Date
Duration

The podcast Puzzle has been added to your home screen.

Lors de la dernière édition des Video Music Awards, la chanteuse Lady Gaga a fait sensation en recommandant le port du masque à sa manière. Car oui, le masque fait désormais partie de notre quotidien. L’occasion pour nous de nous intéresser au symbole du masque dans la culture, à travers le grimage au théâtre, les doubles en littératures, les témoignages anonymes dans les podcasts ou encore les artistes et les héros masqués dans la musique ou au cinéma. C’est partie pour une semaine masquée ! Dans cet épisode, Julien Bordier parle de ces artistes qui préfèrent agir masqués.

La dissimulation, un art de la mise en scène

Dans le monde pré-Covid, c’était surtout sur scène qu’on risquait de croiser des visages masqués en concerts. Bien sûr quand on pense masque et musique, c’est Daft Punk qui nous vient en tête. Le duo a fait de ses casques de robots sa marque de fabrique. Guy Manuel de Homem-Christo et Thomas Bangalter peuvent faire leurs courses à la supérette du coin sans être importunés. Cet anonymat, qui leur permet de vivre une vie quasi-normale, est sans doute la clef de leur longévité. Assez rapidement dans leur carrière, les Daft Punk ont cherché à cacher leur visage sur les photos, sous du maquillage, des lunettes aux verres déformant ou sous une couche de crème pâtissière. Ils ont finalement opté pour une panoplie d’humanoïde. La dissimulation est aussi un art de la mise en scène.

Un moyen de se protéger, mais aussi de se livrer

Un masque c’est plus simple qu’une carte de visite. Pas besoin de présentations ni de parler la même langue pour savoir à qui on a affaire. Quand vous croisez les masques effrayants du groupe de Metal Slipknot, bon, bah vous vous dites toute de suite que les gars ne vont pas piquer le boulot d’Henri Dès. Kiss sans le maquillage, ce n’est pas tout à fait la même confiture. Idem pour l’emblématique formation de pop avant gardiste The Residents et ses masques en forme de globes oculaires. Mais le groupe de rock le mieux préparé à l’épidémie de Covid c’est évidemment Clinic, qui joue avec des masques de chirurgiens. Dissimuler son visage c’est un moyen de se protéger, de préserver son intimité et de se livrer sans retenue. Une chose est sûre. Le masque intrigue.

Les épisodes de cette semaine sont à retrouver ici :

Les meilleurs podcasts de témoignages anonymes

La double identité en littérature est-elle une forme de masque ?

Les masques sont-ils indissociables du spectacle vivant ? 

Vous pouvez réagir à cet épisode sur notre page Twitter

 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Subscribe Install Share

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install