Cinéma : La Re_view de "Radioactive"

Puzzle

0:00
00:07:29
10
10

Cinéma : La Re_view de "Radioactive"

Puzzle

Aujourd'hui dans Puzzle, Jonathan Aupart vous présente "Radioactive", un film réalisé par Marjane Satrapi. Après le délirant "Voices", la réalisatrice iranienne s’attaque à un tout autre genre de film : le biopic.

Ici, celui de Marie Curie, physicienne chimiste, première et unique femme à recevoir deux Prix Nobels pour ses découvertes, au côté de Pierre Curie sur le radium et le polonium. C’est elle qui institutionnalise le concept de radioactivité. Ses découvertes sont à l’origine d’inventions qui ont changé la face du monde, parfois au sens propre, comme la radiothérapie ou la bombe atomique. En parlant de bombe atomique la réalisatrice a la curieuse volonté de nous rappeler à plusieurs reprises les utilisations désastreuses de ces découvertes qui seront faites durant la seconde guerre mondiale. Alors, ça offre de chouettes scènes, mais leur propos reste quelque peu flous. Reste qu’il manquait un film rendant hommage à son nom.

Si il y a bien un genre qui invite au classicisme, c’est bien le biopic. Autant dire qu’on est loin des chats qui parlent et des serial killers de

"Voices", mais le lien est peut-être à trouver dans l’évocation d’une certaine forme de folie qui se traduit parfois à l’écran, nous rappelant les origines bédéistiques de la réalisatrice de manière évidente. Dans ses compositions, ses jeux de couleurs, dans ce traitement graphique du biopic, c’est peut-être là que Marjane Satrapi se démarque le plus de ses pairs.

Mais si la bande dessinée est l’art du séquençage, autant dire qu’ici c’est un peu le maillon faible de la machine. Après une exposition réussie, la machine s’embrouille un peu dans la seconde partie du film. La construction dramatique se fait un peu flottante et éprouve des difficultés à totalement emporter le spectateur, malgré la puissance évocatrice de certaines séquences justement.

Un problème assez inhérent au biopic, qui exige une certaine rigueur au moment de lier et choisir tous les évènements d’une vie à traiter. Un choix forcément subjectif mais qui se doit de montrer une certaine honnêteté par rapport à la personnalité choisie. Et Marjane ne semble pas avoir réussi à trouver la solution parfaite à son équation malgré des idées de mises en scène et un casting à la hauteur.

Et c’est vrai, sans renier l’efficacité de certains passages, on ne sait pas toujours c’est un peu au dépends de l’approfondissement des personnages et de l’unité de l’ensemble.

Alors est-ce qu’on peut dire qu’on perd son temps en en apprenant plus sur cette personnalité, cette forte personnalité même. Non, évidemment que non. Est-ce que "Radioactive" se pose comme l’œuvre définitive sur le sujet Curie, peut être pas. Mais il nourrira votre curiosité tout en évitant d’être trop scolaire, c’est sa force.

For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
Episodes
Date
Durée

Le podcast "Puzzle" a bien été ajouté à votre écran d'accueil !

Aujourd'hui dans Puzzle, Jonathan Aupart vous présente "Radioactive", un film réalisé par Marjane Satrapi. Après le délirant "Voices", la réalisatrice iranienne s’attaque à un tout autre genre de film : le biopic.

Ici, celui de Marie Curie, physicienne chimiste, première et unique femme à recevoir deux Prix Nobels pour ses découvertes, au côté de Pierre Curie sur le radium et le polonium. C’est elle qui institutionnalise le concept de radioactivité. Ses découvertes sont à l’origine d’inventions qui ont changé la face du monde, parfois au sens propre, comme la radiothérapie ou la bombe atomique. En parlant de bombe atomique la réalisatrice a la curieuse volonté de nous rappeler à plusieurs reprises les utilisations désastreuses de ces découvertes qui seront faites durant la seconde guerre mondiale. Alors, ça offre de chouettes scènes, mais leur propos reste quelque peu flous. Reste qu’il manquait un film rendant hommage à son nom.

Si il y a bien un genre qui invite au classicisme, c’est bien le biopic. Autant dire qu’on est loin des chats qui parlent et des serial killers de

"Voices", mais le lien est peut-être à trouver dans l’évocation d’une certaine forme de folie qui se traduit parfois à l’écran, nous rappelant les origines bédéistiques de la réalisatrice de manière évidente. Dans ses compositions, ses jeux de couleurs, dans ce traitement graphique du biopic, c’est peut-être là que Marjane Satrapi se démarque le plus de ses pairs.

Mais si la bande dessinée est l’art du séquençage, autant dire qu’ici c’est un peu le maillon faible de la machine. Après une exposition réussie, la machine s’embrouille un peu dans la seconde partie du film. La construction dramatique se fait un peu flottante et éprouve des difficultés à totalement emporter le spectateur, malgré la puissance évocatrice de certaines séquences justement.

Un problème assez inhérent au biopic, qui exige une certaine rigueur au moment de lier et choisir tous les évènements d’une vie à traiter. Un choix forcément subjectif mais qui se doit de montrer une certaine honnêteté par rapport à la personnalité choisie. Et Marjane ne semble pas avoir réussi à trouver la solution parfaite à son équation malgré des idées de mises en scène et un casting à la hauteur.

Et c’est vrai, sans renier l’efficacité de certains passages, on ne sait pas toujours c’est un peu au dépends de l’approfondissement des personnages et de l’unité de l’ensemble.

Alors est-ce qu’on peut dire qu’on perd son temps en en apprenant plus sur cette personnalité, cette forte personnalité même. Non, évidemment que non. Est-ce que "Radioactive" se pose comme l’œuvre définitive sur le sujet Curie, peut être pas. Mais il nourrira votre curiosité tout en évitant d’être trop scolaire, c’est sa force.

For information regarding your data privacy, visit acast.com/privacy
S'abonner Installer Partager

Merci pour votre abonnement !

Pour une meilleure expérience, pensez aussi à installer l'application.

Installer