Qu’est-ce que HouseParty ?

Maintenant, vous savez

0:00
00:04:09
10
10

Qu’est-ce que HouseParty ?

Maintenant, vous savez

House Party est une application lancée aux Etats-Unis en 2016, devenue particulièrement populaire auprès des millennials. Elle serait utilisée en moyenne 51 minutes par jour. Soit autant que Facebook et plus que les autres applications comme Instagram ou Messenger et détrône même Snapchat !

L’application ne propose ni émojis, ni stickers, ni filtres-images. Sobrement elle permet des conversations et des chats vidéos, entre guillemet normales ! Durant la conversation, on peut inviter jusqu’à 8 participants. Elle permet également de jouer en groupe à des jeux comme le Time’Up ou le Trivial Poursuit. L’application n’a rien de sorcier. Quand un utilisateur déclare être disponible, ses contacts peuvent l’appeler pour chatter ou pour rejoindre une conversation déjà en cours. Pendant la période de confinement, elle est devenue l’application la plus téléchargée en France ! 

House Party qui veut dire la fête à la maison est devenue un réflexe pour beaucoup de personnes. Elle permet en temps de confinement d’organiser des moments chaleureux, même virtuellement, des conversations vidéos simultanés avec les autres membres de la famille, des apéros virtuels entre amis en trinquant par écrans interposés, voir même de lancer un DanceFloor partagé à distance !

Pour fonctionner HouseParty nécessite quelques informations de connexion classiques, dont un pseudo et un numéro de téléphone, et requiert l'accès à un carnet de contacts pour retrouver des amis. Elle puise donc dans le répertoire des utilisateurs, ou encore dans leurs contacts Facebook et Snapchat, pour les mettre en relation. Avec une particularité : les amis d'amis pourront venir rejoindre les conversations vidéo ou mini-jeux lancés via le service.

Contrairement à des services comme Messenger ou WhatsApp, il suffit qu'un utilisateur ouvre l'application pour que ses contacts puissent accéder à son chat vidéo. Une notification est alors envoyée à chaque fois que des contacts se connectent.

C’est vrai que Houseparty brasse très large dans sa collecte de données. Suzanne Vergnolle, doctorante en droit à l’Université Paris-II-Panthéon-Assas et spécialiste de la protection des données personnelles et de la vie privée, explique : "De façon assez classique, l’application demande l’accès au répertoire de ses utilisateurs, et collecte l’intégralité de leurs contacts. Le service sera dès lors en mesure de faire une analyse précise des interactions sociales d'une personne, et donc de savoir qui a le numéro de qui, et qui est en contact avec qui. Cela peut bien évidemment poser problème si ces interactions fuitent par la suite".

La collecte des données effectuée par Houseparty est loin de se limiter au seul carnet de contacts. Suzanne Vergnolle complète : "L'appli va récupérer l’adresse IP de l’utilisateur, le numéro IMEI de son appareil, son opérateur… et de manière plus large, le nom, la localisation, le genre mais aussi les photos de ses utilisateurs. Autant d’informations qui pourront par la suite être recoupées".

En jetant donc un oeil averti sur les conditions d’utilisation de l’application, on découvre également l’une des dispositions les plus inédites concernant l'utilisation des échanges personnels effectués sur le réseau. Il est mentionné que le service sera "libre d'utiliser le contenu de toutes les communications passées via ses services, dont toute idée, invention, concept ou techniques", peu importe leur objectif concret, dont le fait "de développer, de concevoir ou de vendre des biens et services".

L'application peut garder un usage strictement récréatif, à condition de prendre garde au contenu de ses conversations personnelles. Il faudra activer le mode privé afin que les discussions créées soient verrouillés et seulement accessibles aux personnes que vous aurez choisies. Enfin, vous pouvez, en théorie, demander à l'application de supprimer vos données personnelles en écrivant (en anglais) à l’adresse : hello@houseparty.com. Mais l'application semble s'autoriser la...  

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Episodes
Date
Duration

The podcast Maintenant, vous savez has been added to your home screen.

House Party est une application lancée aux Etats-Unis en 2016, devenue particulièrement populaire auprès des millennials. Elle serait utilisée en moyenne 51 minutes par jour. Soit autant que Facebook et plus que les autres applications comme Instagram ou Messenger et détrône même Snapchat !

L’application ne propose ni émojis, ni stickers, ni filtres-images. Sobrement elle permet des conversations et des chats vidéos, entre guillemet normales ! Durant la conversation, on peut inviter jusqu’à 8 participants. Elle permet également de jouer en groupe à des jeux comme le Time’Up ou le Trivial Poursuit. L’application n’a rien de sorcier. Quand un utilisateur déclare être disponible, ses contacts peuvent l’appeler pour chatter ou pour rejoindre une conversation déjà en cours. Pendant la période de confinement, elle est devenue l’application la plus téléchargée en France ! 

House Party qui veut dire la fête à la maison est devenue un réflexe pour beaucoup de personnes. Elle permet en temps de confinement d’organiser des moments chaleureux, même virtuellement, des conversations vidéos simultanés avec les autres membres de la famille, des apéros virtuels entre amis en trinquant par écrans interposés, voir même de lancer un DanceFloor partagé à distance !

Pour fonctionner HouseParty nécessite quelques informations de connexion classiques, dont un pseudo et un numéro de téléphone, et requiert l'accès à un carnet de contacts pour retrouver des amis. Elle puise donc dans le répertoire des utilisateurs, ou encore dans leurs contacts Facebook et Snapchat, pour les mettre en relation. Avec une particularité : les amis d'amis pourront venir rejoindre les conversations vidéo ou mini-jeux lancés via le service.

Contrairement à des services comme Messenger ou WhatsApp, il suffit qu'un utilisateur ouvre l'application pour que ses contacts puissent accéder à son chat vidéo. Une notification est alors envoyée à chaque fois que des contacts se connectent.

C’est vrai que Houseparty brasse très large dans sa collecte de données. Suzanne Vergnolle, doctorante en droit à l’Université Paris-II-Panthéon-Assas et spécialiste de la protection des données personnelles et de la vie privée, explique : "De façon assez classique, l’application demande l’accès au répertoire de ses utilisateurs, et collecte l’intégralité de leurs contacts. Le service sera dès lors en mesure de faire une analyse précise des interactions sociales d'une personne, et donc de savoir qui a le numéro de qui, et qui est en contact avec qui. Cela peut bien évidemment poser problème si ces interactions fuitent par la suite".

La collecte des données effectuée par Houseparty est loin de se limiter au seul carnet de contacts. Suzanne Vergnolle complète : "L'appli va récupérer l’adresse IP de l’utilisateur, le numéro IMEI de son appareil, son opérateur… et de manière plus large, le nom, la localisation, le genre mais aussi les photos de ses utilisateurs. Autant d’informations qui pourront par la suite être recoupées".

En jetant donc un oeil averti sur les conditions d’utilisation de l’application, on découvre également l’une des dispositions les plus inédites concernant l'utilisation des échanges personnels effectués sur le réseau. Il est mentionné que le service sera "libre d'utiliser le contenu de toutes les communications passées via ses services, dont toute idée, invention, concept ou techniques", peu importe leur objectif concret, dont le fait "de développer, de concevoir ou de vendre des biens et services".

L'application peut garder un usage strictement récréatif, à condition de prendre garde au contenu de ses conversations personnelles. Il faudra activer le mode privé afin que les discussions créées soient verrouillés et seulement accessibles aux personnes que vous aurez choisies. Enfin, vous pouvez, en théorie, demander à l'application de supprimer vos données personnelles en écrivant (en anglais) à l’adresse : hello@houseparty.com. Mais l'application semble s'autoriser la...  

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Subscribe Install Share

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install