Qu’est-ce qu’un fond de pension ?

Maintenant, vous savez

0:00
00:03:11
10
10

Qu’est-ce qu’un fond de pension ?

Maintenant, vous savez

Un fond de pension est une caisse de retraite créée par une entreprise ou un employeur public pour constituer une épargne à ses salariés en vue de la retraite. L’adhésion à un fond de pension peut être obligatoire, ou bien facultative. Les cotisations proviennent des salariés mais aussi, le plus souvent, des employeurs. Au moment de sa retraite, le salarié peut récupérer la totalité de son capital, ou bien obtenir une rente. Ce système est celui de la retraite par capitalisation, car la pension est assurée grâce à une épargne constituée. Il est différent du système par répartition où les cotisants payent la retraite des pensionnés et où aucun capital n’est accumulé.

Historiquement, le système des fonds de pension s’est d’abord développé en Écosse, avec la « Scottish Widows », la mutuelle créée en 1815 pour assurer des pensions aux veuves des soldats tués durant les guerres napoléoniennes. Aujourd’hui, les fonds de pension sont particulièrement nombreux aux États-Unis. Mais le plus gros fonds de pension au monde est japonais. C’est celui de la fonction publique nippone, le « Fonds d’investissement des retraites du gouvernement », créé en 1954 et qui gère l’équivalent de 1 200 milliards d’euros.

Les fonds de pension confient les sommes collectées à des gestionnaires d’actifs, qui vont faire fructifier cette épargne avec un objectif de préservation du capital. Ces gestionnaires sont des banques, des assureurs ou des sociétés spécialisées. L’Américain BlackRock est le numéro un mondial. Le numéro un européen est le Français Amundi, filiale du Crédit agricole.

Leur activité est très encadrée. Chaque pays dispose de règles prudentielles. Le capital collecté doit être réparti entre une multitude de classes d’actifs et, selon Hervé Boulhol, expert de l’OCDE « L’investissement en actions dépasse rarement les 50 %. Aux États-Unis, en moyenne, les fonds de pension sont directement investis pour moins d’un tiers en actions, et le reste en obligations, produits monétaires, investissements collectifs et actifs immobiliers ». « La structure de l’investissement change en fonction de l’âge des assurés : plus une personne se rapproche de la retraite et moins le gestionnaire d’actifs va aller vers des produits risqués », précise toujours Hervé Boulhol. 

En France, les fonds de pension ont mauvaise réputation. « Ils sont associés au grand capital, aux fonds vautours », regrette Philippe Crevel, économiste et directeur du Cercle de l’Épargne. Or cette image ne reflète pas la réalité. L'économiste explique que « Les fonds de pension ne spéculent pas mais visent une croissance stable, dans une logique de garantie des revenus futurs ». 

Certains fonds sont « à prestation définie », c’est-à-dire que le montant de la rente est garanti. Mais cela est de plus en plus rare. La plupart des fonds de pension sont aujourd’hui « à cotisation définie », c’est-à-dire que seul le montant collecté est garanti.

La fragilité du système est là : la fructification du capital dépend fortement de l’évolution des marchés. En cas de crise financière, le montant collecté peut voir sa valeur chuter. Il est aussi arrivé que des fonds fassent faillite, suite à des malversations ou des erreurs de gestion. Pour minimiser ce risque, il existe dans certains pays une caisse de garantie qui prend le relais, en cas de faillite d’un fonds. Par ailleurs, il arrive aussi qu’un État soit obligé de recapitaliser ou de nationaliser un fonds défaillant. Mais les pensionnés subissent souvent dans ce cas une part de la perte.

 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Episodes
Date
Duration

The podcast Maintenant, vous savez has been added to your home screen.

Un fond de pension est une caisse de retraite créée par une entreprise ou un employeur public pour constituer une épargne à ses salariés en vue de la retraite. L’adhésion à un fond de pension peut être obligatoire, ou bien facultative. Les cotisations proviennent des salariés mais aussi, le plus souvent, des employeurs. Au moment de sa retraite, le salarié peut récupérer la totalité de son capital, ou bien obtenir une rente. Ce système est celui de la retraite par capitalisation, car la pension est assurée grâce à une épargne constituée. Il est différent du système par répartition où les cotisants payent la retraite des pensionnés et où aucun capital n’est accumulé.

Historiquement, le système des fonds de pension s’est d’abord développé en Écosse, avec la « Scottish Widows », la mutuelle créée en 1815 pour assurer des pensions aux veuves des soldats tués durant les guerres napoléoniennes. Aujourd’hui, les fonds de pension sont particulièrement nombreux aux États-Unis. Mais le plus gros fonds de pension au monde est japonais. C’est celui de la fonction publique nippone, le « Fonds d’investissement des retraites du gouvernement », créé en 1954 et qui gère l’équivalent de 1 200 milliards d’euros.

Les fonds de pension confient les sommes collectées à des gestionnaires d’actifs, qui vont faire fructifier cette épargne avec un objectif de préservation du capital. Ces gestionnaires sont des banques, des assureurs ou des sociétés spécialisées. L’Américain BlackRock est le numéro un mondial. Le numéro un européen est le Français Amundi, filiale du Crédit agricole.

Leur activité est très encadrée. Chaque pays dispose de règles prudentielles. Le capital collecté doit être réparti entre une multitude de classes d’actifs et, selon Hervé Boulhol, expert de l’OCDE « L’investissement en actions dépasse rarement les 50 %. Aux États-Unis, en moyenne, les fonds de pension sont directement investis pour moins d’un tiers en actions, et le reste en obligations, produits monétaires, investissements collectifs et actifs immobiliers ». « La structure de l’investissement change en fonction de l’âge des assurés : plus une personne se rapproche de la retraite et moins le gestionnaire d’actifs va aller vers des produits risqués », précise toujours Hervé Boulhol. 

En France, les fonds de pension ont mauvaise réputation. « Ils sont associés au grand capital, aux fonds vautours », regrette Philippe Crevel, économiste et directeur du Cercle de l’Épargne. Or cette image ne reflète pas la réalité. L'économiste explique que « Les fonds de pension ne spéculent pas mais visent une croissance stable, dans une logique de garantie des revenus futurs ». 

Certains fonds sont « à prestation définie », c’est-à-dire que le montant de la rente est garanti. Mais cela est de plus en plus rare. La plupart des fonds de pension sont aujourd’hui « à cotisation définie », c’est-à-dire que seul le montant collecté est garanti.

La fragilité du système est là : la fructification du capital dépend fortement de l’évolution des marchés. En cas de crise financière, le montant collecté peut voir sa valeur chuter. Il est aussi arrivé que des fonds fassent faillite, suite à des malversations ou des erreurs de gestion. Pour minimiser ce risque, il existe dans certains pays une caisse de garantie qui prend le relais, en cas de faillite d’un fonds. Par ailleurs, il arrive aussi qu’un État soit obligé de recapitaliser ou de nationaliser un fonds défaillant. Mais les pensionnés subissent souvent dans ce cas une part de la perte.

 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Subscribe Install Share

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install